István Markó, le scientifique qui aimait le CO2

Ce numéro spécial de la revue "Arguments" est dédié à la mémoire d’István Markó, professeur à  l’UCL, décédé inopinément en août 2017. Au cours des dix dernières années cet éminent scientifique a consacré toute son énergie et utilisé ses très grandes compétences à l’analyse des données expérimentales et théoriques concernant l’évolution du climat pour arriver à la conclusion que la théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique était non fondée. Toute cette théorie aux conséquences politiques, économiques et sociales gigantesques repose sur une seule et fragile hypothèse : le CO2 renverrait vers la Terre une partie du rayonnement qui devrait s’échapper vers le vide interplanétaire et il en résulterait une élévation de température. Or, il n’existe aucune preuve scientifique liant un réchauffement climatique à une augmentation de la teneur en CO2 dans l’atmosphère. Pire encore, la même hypothèse est désormais utilisée pour justifier toute forme de catastrophe naturelle et les medias parlent aujourd’hui d’une seule voix de changement climatique et même de dérèglement climatique. Personne ne conteste le fait que le climat puisse changer comme il l’a toujours fait et continuera à le faire mais le nœud du problème est de savoir dans quelle mesure il change et si les activités humaines pourraient éventuellement avoir une influence.

István Markó a aussi mis en évidence le fait que de nombreuses observations, concernant les océans ou les glaciers notamment,  étaient présentées de manière biaisée et sans analyse  critique conduisant  à une évaluation catastrophique de l’avenir de notre planète. À de multiples occasions il a essayé d’ouvrir un débat à ce sujet avec des partisans de la théorie du réchauffement/changement climatique d’origine anthropique mais sans y parvenir. Cependant ce qui distingue une théorie scientifique d’une idéologie c’est que dans le premier cas les explications basées sur des expériences ou des observations peuvent être discutées au risque d’être réfutées tandis que dans le second cas les idées ou les croyances sont présentées comme résultant d’un consensus quasi universel au point de devenir une forme d’endoctrinement. Avec la publication de ce numéro spécial de la revue "Arguments" nous ne pourrions rendre un plus bel  hommage à István Markó que de poursuivre dans la voie qu’il avait tracée et qui était de relancer le débat en opposant toujours des preuves scientifiques aux arguments d’ordre émotionnel, économique ou politique.

Les lecteurs de ce numéro spécial de la revue Arguments dédié à la mémoire d’István Markó y trouveront plusieurs textes émouvants rédigés par des amis qui le connaissaient bien et qui font revivre la personnalité de cet homme remarquable à la fois savant, impartial, ironique et malicieux comme en témoigne ce dessin dont il est l’auteur et qui est de circonstance en cette période où l’Amérique du Nord connaît des températures exceptionnellement basses contrairement aux menaces de réchauffement climatique.

D’autres textes visent à montrer, arguments à l’appui comme l’aurait fait István Markó, que le CO2 n’est pas un polluant, que son influence sur le climat est insignifiante, que sa concentration actuelle dans l’atmosphère n’est pas un danger mais au contraire un élément favorable pour augmenter les ressources de notre planète dont la population est en croissance. Il sera montré aussi ce que valent les pétitions, signées par des scientifiques souvent débutants ou amateurs et même par des personnes sans formation scientifique, à l’appui d’un prétendu consensus. Une fois de plus il apparaît que s’il y a consensus il n’y a pas de science !

Enfin, c’est avec émotion que nous tenons à rendre hommage à un autre de nos amis disparu Walter Simonson et à préciser que toutes nos réflexions à propos du climat ne furent possibles qu’au sein d’un groupe pluridisciplinaire semblable à l’Oyster Club du 18ème siècle où toutes les idées scientifiques ou autres purent être exprimées, analysées et débattues rationnellement dans un esprit de confiance et d’estime réciproque.

Ce numéro spécial de "Arguments" est publié sous la direction des Prs. Alain Préat et Georges Geuskens.

A propos de l’auteur Arguments Revue européenne de science